Le Rwanda et l’Ouganda accusés de soutenir des groupes armés qui déstabilisent la RDC

Le lieutenant-général congolais, Denis Kalume a confié à un media que l’Ouganda et le Rwanda ne cessent d’appuyer des groupes armés qui cherchent à déstabiliser la République démocratique du Congo (RDC).

Pour preuves, ces deux pays refusent toujours l’extradition de deux criminels de guerre, installés chacun dans l’un des deux pays, qui sont pourtant sous mandat d’arrêt international émis par Kinshasa.

Kalume est le coordonnateur du Mécanisme national de suivi de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la RDC et la région des Grands Lacs.

Le Mécanisme régional de suivi de l’Accord-cadre devait tenir sa 8ème réunion de haut niveau, en marge du sommet de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) qui s’est ouvert ce jeudi 19 octobre à Brazzaville, la capitale de la République du Congo.

Cet Accord-cadre avait été signé en février 2013 à Addis-Abeba (Ethiopie), sous l’égide de l’ONU, pour assainir les relations souvent tendues, dans la région des Grands Lacs.

La RDC estime que ses voisins, particulièrement rwandais et ougandais, ne respectent pas l’Accord-cadre d’Addis-Abeba. Elle accuse aussi la CIRGL de ne pas condamner ces manquements aux engagements pris par les différents pays.

Le sommet de la CIRGL a eu pour thème : «Accélérer la mise en œuvre du pacte en vue de faciliter la stabilité et le développement dans la région des Grands Lacs».

L’institution régionale est composée de l’Angola, du Burundi, de la Centrafrique, du Congo, de la RDC, du Kenya, du Rwanda, du Soudan du Sud, de la Tanzanie, de l’Ouganda et de la Zambie. Les mêmes pays sont signataires de l’Accord-cadre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.