Le président du Comité de haut niveau de l’UA sur la Libye regrette l’absence du Maroc à Berlin

Le chef d’État congolais, Denis Sassou-Nguesso, président du Comité de haut niveau de l’Union africaine sur la Libye qui tenait ce jeudi 30 janvier une réunion à Brazzaville, a déploré que le Maroc n’ait pas été invité à prendre part à la conférence internationale de Berlin sur la crise libyenne.

Dans un long entretien accordé au magazine français Le Point, Sassou-Nguesso a notamment rappelé pour le cas du Maroc, que «c’est à Skhirat que les Nations unies avaient mis en place les institutions libyennes actuellement reconnues par la Communauté internationale», assurant que «le règlement de cette crise ne saurait être durable sans l’implication de tous les pays concernés».

Le Comité africain par la voix de son président, Sassou-Nguesso, plaide pour une solution basée sur le dialogue entre les rivaux libyens tout en s’opposant à toute intervention étrangère dans le conflit libyen. 

«Notre conviction est qu’il n’y a pas de solution à la crise libyenne, en dehors du dialogue entre les parties prenantes et les Libyens dans leur ensemble. Nous ne ménagerons aucun effort pour amener les deux acteurs à comprendre la nécessité de se mettre ensemble pour la résolution de la crise dans leur pays. Cela nous paraît évident», a ajouté le président du Comité de l’UA sur la Libye.

Sassou-Nguesso a salué au passage, « toutes ces initiatives qui concourent à ramener la paix, la stabilité et la réconciliation nationale en Libye».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.