Ferme appui d’Abidjan au projet de gazoduc Maroc-Nigeria

La Côte d’Ivoire a exprimé par la voix de son ministre des affaires étrangères par intérim, Amon Tanoh Marcel, son appui total au mégaprojet de gazoduc devant relier le Nigeria et le Maroc, en traversant plusieurs Etats ouest-africains.

Ce projet a été lancé le 4 décembre dernier à Abuja, à l’occasion de la visite du Roi du Maroc Mohammed VI au Nigeria.

La présidence de la Côte d’Ivoire, a déclaré Tanoh Marcel, salue la clairvoyance du Roi Mohammed VI d’avoir décidé de lancer le projet, conjointement avec le président du Nigeria», Muhammadu Buhari.

«Le président de la république de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara a été très honoré de la délicatesse de SM le Roi Mohammed VI de décider qu’un projet de gazoduc va voir le jour» entre le Nigeria et le Royaume, a déclaré le ministre Amon Tanoh Marcel.
Il a en outre, souligné que la grande importance de ce projet gazier revêt une dimension continentale dans la mesure où il va traverser «10 pays de la sous-région ouest- africaine, dont la Côte d’Ivoire, pour s’étendre en Europe».

Il a de même, insisté sur l’importance que revêt le futur gazoduc régional «pour l’économie de la Côte d’Ivoire comme pour plusieurs autres économies ouest-africaines en termes d’emploi, de production d’énergie, et de produits dérivés».

Pour le chef de la diplomatie ivoirienne, ce projet est une initiative salutaire de par les multiples avantages compétitifs qu’il offre aux pays ouest-africains, à l’instar de la Côte d’Ivoire dont le passage de ce gazoduc lui permettra d’augmenter ses capacités de commercialisation de l’énergie.

Le président Alassane Ouattara «se réjouit de l’engagement indéfectible du Souverain en faveur de l’Afrique», a souligné Amon Tanoh, réaffirmant l’appui total de son pays à ce projet, dont le financement, a-t-il dit, a été bouclé par les deux principaux bailleurs de fonds là savoir e Maroc et le Nigeria, outre les financements additionnels qui sont attendus des partenaires classiques au développement.

Le chef de la diplomatie ivoirienne par intérim a réitéré à la même occasion, le soutien de la Côte d’Ivoire au retour du Maroc au sein de l’Union Africaine, sa famille institutionnelle, assurant que cet appui « ne souffre d’aucune tergiversation », contrairement, a-t-il dit, à certains  « atermoiements qui n’ont pas de sens » au niveau de l’UA, de la Commission Africaine et de certains pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.