Le FMI revoit à la hausse ses prévisions de croissance pour l’Afrique subsaharienne en 2019

Le Fonds monétaire international (FMI) a revu légèrement à la hausse ses perspectives de croissance pour l’Afrique subsaharienne en 2019, passant de 3,7% (selon les prévisions d’avril dernier) à 3,8%.

Dans son rapport de juillet 2018 publié cette semaine, le FMI précise que «la croissance pour l’ensemble de la région devrait passer de 2,8 % en 2017 à 3,4 % cette année, puis à 3,8 % en 2019», attribuant ces performances à la hausse des prix des matières premières et aux performances individuelles du Nigeria et de l’Afrique du Sud.

En ce qui concerne le Nigeria, la révision à la hausse des prévisions s’explique par l’amélioration de ses perspectives. La croissance devrait passer de 0,8 % en 2017 à 2,1 % en 2018 et à 2,3 % en 2019, grâce à l’amélioration des prix du pétrole, précise le rapport. Le taux de croissance en 2019, a gagné 0,4 points de plus par rapport aux prévisions d’avril.

En Afrique du Sud, le FMI estime que les changements à la tête du pays devraient se traduire progressivement par une augmentation de l’investissement privé. Pour l’heure, l’institution a maintenu ses prévisions à 1,5% en 2018 et 1,7% en 2019.

Dans leurs nouvelles prévisions, qui concernent en fait l’économie mondiale, les experts de l’institution basée à Washington ont également maintenu une croissance mondiale à 3,9% pour 2018 et 2019, tout en soulignant que l’escalade des tensions commerciales, provoquée par le président américain Donald Trump, constitue «un risque de dégradation important».

« Une escalade des tensions commerciales pourrait miner la confiance des entreprises et des marchés financiers, ce qui nuirait à l’investissement et au commerce. Au-delà de son impact immédiat sur l’état d’esprit des marchés, la prolifération de mesures commerciales pourrait accroître l’incertitude entourant la portée potentielle des mesures commerciales », prévient le rapport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.