Algérie: Des scènes de guerre à Haouch El Makhfi

Des scènes de guerre, des rues jonchées de pierres et de pavés, de pneus calcinés, ce sont là quelques images rapportées par les médias algériens pour décrire la répression féroce des retraités militaires et invalides, lundi dans la localité de Haouch El Makhfi, près d’Alger, qui était réellement en « état de siège ».

Pour la plupart blessés, invalides et radiés des rangs de l’ANP, l’armée nationale algérienne, des milliers de pauvres hères ne demandaient pourtant qu’une prise en charge médicale et la revalorisation de leur pension de retraite, avant d’être réprimés sans ménagement par les forces de sécurité.

Le mouvement de fronde de plus de 10.000 anciens militaires avait culminé mercredi dernier à Haouch El Makhfi, localité déshéritée qui porte désormais le nom de Haï Mohamed Boudiaf, l’ancien président algérien assassiné en 1992.

Les unités antiémeute sont toujours là et leur nombre témoigne de l’ampleur de la répression. Les gendarmes ont eu recours aux balles en caoutchouc, alors que de nombreux habitants souffrent encore de l’effet des gaz lacrymogènes utilisés sans retenue contre des manifestants désarmés, mais déterminés.

Les blessés se comptent par dizaines, voire par centaines, et les témoins parlent d’une répression  cruelle contre ces anciens militaires qui portent encore les séquelles physiques et psychologiques de la décennie noire, la guerre civile des années 90 en Algérie.

 

 

A propos de Arsene Severin

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.