Mozambique : un mort du choléra et plus de mille cas recensés

L’épidémie de choléra qui sévit dans le centre du Mozambique à la suite des inondations provoquées par le passage mi-mars du cyclone tropical Idai, a fait un premier mort et contaminé plus de mille personnes, ont annoncé lundi les autorités sanitaires.
Le directeur national de la santé, Ussein Isse a précisé lors de son bilan quotidien devant la presse, que la victime a été recensée dans le port de Beira, dévasté par le passage d’Idai.
Le nombre de cas de choléra enregistrés a continué à augmenter et atteignait lundi matin un total de 1.052, selon le Dr Isse, qui a précisé que 96 patients ayant contracté la maladie étaient toujours hospitalisés.
Quelque 900.000 doses d’un vaccin oral contre le choléra devaient arriver lundi au Mozambique. « La vaccination commencera mercredi à Beira et jeudi (dans les villes de) Dondo et Nhamatanda », a promis lundi le Dr Isse.
Neuf centres de traitement du choléra ont été mis en place dans la province de Sofala (centre), dont Beira est la capitale, pour tenter d’enrayer la propagation de la maladie.
Le 14 mars, le cyclone Idai a frappé de plein fouet Beira, la deuxième ville du Mozambique, et son demi-million d’habitants. Selon le dernier bilan, plus de 700 morts ont été dénonmbrés non seulement au Mozambique, mais aussi au Zimbabwe et au Malawi voisins.
Malgré les secours et l’aide humanitaire venus du monde entier, des centaines de milliers de sinistrés vivent toujours dans des conditions très précaires dans des zones noyées d’eaux sales qui favorisent la propagation d’épidémies telles que le choléra.
Par ailleurs, le Vatican a annoncé la semaine dernière que le pape François effectuerait début septembre un voyage au Mozambique.
« A ces populations qui me sont chères, j’exprime ma douleur et ma proximité », avait souligné le pape François lors d’une audience sur la place Saint-Pierre.
Le Mozambique, l’un des pays les plus pauvres du monde, avait déjà été frappé en 2000 par des inondations meurtrières qui avaient fait 800 morts et au moins 50.000 sans-abri.

A propos de © 2016 Agence Afrique

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.