Le secteur privé ouest-africain invité à investir dans l’industrie semencière

Des chercheurs, représentants d’organisations paysannes et de la société civile présents à la réunion consultative régionale de l’Alliance pour l’industrie semencière en Afrique de l’ouest, ont invité, jeudi à Dakar, le secteur privé ouest-africain à investir dans l’industrie semencière pour améliorer la productivité agricole dans la sous-région.

«Pour relever le défi des semences de qualité et booster la productivité agricole de nos pays, le secteur privé doit s’impliquer et investir dans l’industrie semencière», a plaidé Dr Hippolyte Affognon, coordonnateur du Partenariat pour la recherche, l’éducation et le développement agricole (PAIRED, sigle anglais).

Environ 40 acteurs majeurs de l’industrie des semences participent à une réunion consultative régionale de deux jours de l’Alliance pour l’industrie semencière en Afrique de l’ouest (Asiwa, sigle anglais), lancée en 2015.

Dr Affognon a affirmé que l’industrie semencière ouest-africaine est confrontée à de nombreux défis relatifs à la production, à la distribution et à l’utilisation généralisée de semences certifiées au niveau de la sous-région.

«Pour résoudre ces problèmes, le Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le développement Agricoles (CORAF) a été mandaté par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour coordonner les activités liées aux semences.

Cela s’est traduit par la création de l’Alliance pour une industrie semencière en Afrique de l’Ouest (ASIWA)», a indiqué Dr Hippolyte Affognon.

Selon Modou Thiam, président de l’Union nationale interprofessionnelle semences (UNIS), la filière semences est «une chaîne où tous les maillons se tiennent, mais que le secteur privé est le principal maillon».

A propos de adam eugene

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.