La Zambie estime que l’aide de la Chine n’est pas à l’origine de sa dette jugée élevée

Le ministre zambien des Affaires étrangères, Joseph Malanji, a balayé d’un revers de main les accusations selon lesquelles la coopération avec la Chine avait alourdi l’endettement de la Zambie.

S’exprimant lors d’une réunion des coordinateurs de l’application des résultats du Sommet de Beijing du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA), au début de cette semaine à Beijing, le chef de la diplomatie zambienne a plutôt soutenu que des prêts chinois avaient été utilisés pour des infrastructures dont la Zambie a fortement besoin.

Des ministres des Affaires étrangères de neuf pays africains étaient invités à cette rencontre par leur homologue chinois, Wang Yi, qui a tenu des entretiens respectifs avec eux, aboutissant au renforcement de la coopération.

A s’en tenir à la presse zambienne, Wang Yi a annoncé que la Chine accordera un don de 30 millions de dollars à la Zambie pour participer à la mise en œuvre des projets de développement qui entre dans le cadre du plan national de développement (2017-2021).

Le gouvernement chinois a promis également d’annuler 22 millions de dollars de dettes de l’Etat zambien en vue d’alléger le fardeau de ce pays d’Afrique australe. « Aujourd’hui, nous signons cette annulation de la dette parce que nous tenons à voir la Zambie se renforcer sans cesse et nous ferons ce que nous pouvons pour soutenir le programme de développement national », aurait indiqué le chef de la diplomatie chinoise.

Le mois dernier, la ministre zambienne des Finances, Margaret Mwanakatwe, avait déclaré que son pays avait pris la décision de repousser l’échéance de la perception d’un prêt d’un montant de 2,6 milliards de dollars contracté en 2018 ; l’objectif étant de limiter le niveau d’endettement.

La dette publique de la Zambie a atteint un montant de 10,05 milliards de dollars à la fin de l’année 2018, représentant une augmentation de près de 15% par rapport aux 8,74 milliards de dollars estimés en 2017, selon Mwanakatwe. A la fin du premier trimestre 2019, elle s’est chiffrée à 10,178 milliards de dollars.

A propos de François Saint-Sauveur

Journaliste Ex RFI

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.