Le FMI prévoit une croissance de 3,6% en 2020 pour l’Afrique subsaharienne

La croissance en Afrique subsaharienne devrait atteindre le taux de 3,6% en 2020, selon les perspectives économiques régionales du Fonds monétaire international (FMI) 2019 rendues publiques ce jeudi à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, lors d’une réunion de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA).

Deux jours avant, ces mêmes perspectives, contenues dans un rapport intitulé «Faire face à l’incertitude», étaient présentées à Abidjan, la capitale ivoirienne, par Papa N’Diaye, chef de division Afrique au FMI.

« La croissance 2019 est estimée à 3,2% pour l’Afrique subsaharienne et elle devrait augmenter à 3,6% en 2020 », a déclaré ce responsable, tout en attirant l’attention sur le fait qu’il reste « énormément de choses à faire, notamment pour atteindre les objectifs de développement durable ».

N’Diaye a souligné une avancée par rapport au taux de pauvreté qui a énormément baissé dans la région subsaharienne. « On est parti de 60% dans les années 1990 (pour arriver) à 40% aujourd’hui. C’est (encore) très élevé mais c’est un progrès », a-t-il noté. « Les conditions de vie sont meilleures qu’il y a 20 ans », a estimé aussi ce responsable.

Le chef de division Afrique au FMI a parcouru quelques facteurs pour lesquels les disparités sont significatives entre les pays. Concernant le revenu par habitant, pour l’année prochaine, il a souligné qu’il devrait augmenter dans vingt-quatre pays subsahariens, plus vite que le reste du monde. Par contre, vingt-et-un autres pays devraient enregistrer une croissance par habitant inférieure à la moyenne mondiale.

Il a annoncé une croissance qui avoisinera les 6%, voire 7 ou 8%, pour les pays pauvres en ressources naturelles, dont les exportations sont plus diversifiées, «soit trois fois plus rapides que les pays riches en ressources naturelles».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.