Antiterroriste: Ryad sollicite l’aide du Maroc

L’Arabie Saoudite a dépêché lundi au Maroc, le patron de ses services de renseignement, pour solliciter un nouveau soutien marocain pour renforcer son dispositif sécuritaire contre les menaces terroristes.

Le Chef des services de renseignement saoudien, le Prince Khaled Ben Bandar Ben Abdelaziz a été reçu ce lundi à Fès, par le Roi Mohammed VI, auquel il a transmis un message verbal du Roi Abdullah Ben Abdelaziz d’Arabie Saoudite.

L’audience royale s’est déroulée en présence notamment de Yassine Mansouri, Directeur Général des Etudes et de la Documentation (DGED- services marocains des renseignements extérieurs).

Selon des spécialistes des questions sécuritaires et du terrorisme, le déplacement au Maroc, du prince saoudien est à lier aux inquiétudes que suscitent chez les autorités saoudiennes, la prolifération des groupes terroristes islamistes tout autour du Royaume wahhabite.

Aux frontières nord de l’Arabie Saoudite, les organisations terroristes Daech et l’Etat Islamique font la loi et sèment la terreur en Irak et en Syrie. Au sud, ce sont les milices islamistes affiliées à Al Qaïda et à l’EI qui s’affrontent avec les forces Yéménites et à l’Est c’est la menace nucléaire iranienne qui plane sur toute la région du Proche Orient.

C’est pour faire face à toutes ces menaces, que les autorités de Ryad et des autres pays membres du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) semblent résolus à intensifier leur coopération avec le Maroc et à tirer profit de sa longue et édifiante expérience en matière de lutte antiterroriste.

Pour rappel, dès 2011, les monarchies pétrolières du Golfe ont scellé avec le Royaume chérifien, des accords de partenariat stratégique et certains membres du CCG comme l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis ont même sollicité une présence militaire marocaine sur leur territoire. Le but est d’appuyer les efforts de ces pays en matière de lutte contre le terrorisme et de sécuriser leurs frontières.

Il s’agit, comme l’expliquait en octobre dernier, le ministre marocain des affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, d’actions volontaristes menées en dehors de la coalition internationale contre l’organisation de l’EI et Daech. Le Maroc, a-t-il ajouté, s’engage à titre bilatéral, aux côtés des pays du Golfe auxquels il est déjà lié par des accords stratégiques et de solides relations fraternelles.
Ce n’est donc qu’un pas de plus qui vient consolider la coopération sécuritaire et militaire tissée de longue date, entre le Maroc et les pays du Golfe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.