Ban Ki-Moon promet le soutien de l’ONU au développement du Burkina

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, qui était en visite officielle à Ouagadougou du 2 au 3 mars dernier, a promis au président, Roch Marc Kaboré le soutien de son institution au Plan national de développement du Burkina Faso.

«Le système des Nations-unies soutiendra le Plan national de développement que le gouvernement va présenter dans quelques semaines», a déclaré Ban Ki-Moon ce jeudi après son entretien avec le président burkinabè.

Pour sa troisième visite au Burkina, le SG de l’ONU est venu féliciter les Burkinabè pour la gestion réussie de la transition, couronnée par des élections apaisées ayant placé à la tête du pays un président reconnu par tous, et assurer de l’appui de l’ONU aux actions des nouvelles autorités.

Il n’a pas manqué de faire également état à la période tumultueuse par laquelle le Burkina est passé avant les élections. «J’ai conscience que le Burkina Faso revient de loin, ayant traversé tellement d’épreuves depuis l’insurrection d’octobre 2014, le coup d’Etat (manqué) de septembre 2015 et les attentats meurtriers du 15 janvier», a-t-il confié en saluant le courage du peuple burkinabè.

Pour certains observateurs burkinabè, la bonne gestion de tous événements, qui ont émaillé l’histoire récente du Burkina, méritait bien d’être saluée par le chef des Nations unies en se déplaçant personnellement vers le pays. Sa visite témoigne, selon eux, de la reconnaissance de la démocratie au Burkina Faso et de la bravoure du peuple burkinabè par la communauté internationale. De même qu’elle devrait permettre au pays des Hommes intègres de retrouver sa place dans le concert des nations.

Le président Kaboré a rassuré son hôte que «désormais, le Burkina Faso est résolument engagé sur la voie de la consolidation de son processus démocratique », et, tout en reconnaissant des défis encore à relever, a souligné que «la réconciliation nationale et le dialogue politique se poursuivent dans un climat apaisé».

Plusieurs autres sujets ont été abordés au cours de l’entretien entre les deux personnalités, parmi lesquels le terrorisme et les défis sécuritaires.

Après Ouagadougou, le Secrétaire général des Nations unies s’est envolé pour la Mauritanie, première étape de sa première tournée dans la région maghrébine et sera focalisé sur le processus de règlement du conflit du Sahara Occidental opposant le Maroc à l’Algérie par Polisario interposé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.