CPI-RDC : L’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba condamné ses crimes en Centrafrique

Human Rights Watch (HRW) a exprimé lundi, sa satisfaction suite au verdict de culpabilité prononcé par la Cour pénale internationale (CPI) contre l’ancien vice-président de la République démocratique du Congo (RDC), Jean-Pierre Bemba.

Jean-Pierre Bemba a été reconnu coupable de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre pour les viols et les meurtres commis par sa milice armée entre 2002 et 2003 en Centrafrique, pays voisin de la RDC, quoi qu’il ne soit pas lui-même responsable direct de ces crimes et qu’il ait plaidé non coupable.

L’accusé «agissait de fait en tant que commandant militaire et avait le contrôle effectif de ses troupes en Centrafrique pendant toute la durée de l’opération», a affirmé la juge Sylvia Steiner, justifiant en quelque sorte sa condamnation.

«C’est un avertissement important à ces commandants des troupes sur la responsabilité qui [leur incombe] d’arrêter les crimes et de punir ceux qui les commettent», a déclaré la directrice de plaidoyer au sein du programme Justice internationale à HRW, Géraldine Mattioli, qui salue en même temps une victoire pour les victimes.

La cour prononcera la sentence à une date ultérieure. Le prévenu risque jusqu’à 30 ans de détention ou la prison à perpétuité. Cette affaire concernant, entre autres, les violences sexuelles au cours d’une guerre, est la première en son genre traitée par la CPI.

Pour rappel, les miliciens de Jean-Pierre Bemba, quelque 1500 hommes, s’étaient rendus en Centrafrique en octobre 2002, suite à l’appel de soutien du président Ange-Félix Patassé, victime d’une tentative de coup d’Etat menée par le général François Bozizé. Les hommes de l’ancien vice-président congolais, s’étaient alors livrés aux viols des femmes, au pillage, voire aux massacres des habitants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.