Le Sénégal accepte d’accueillir deux prisonniers libyens de Guantanamo

Les autorités sénégalaises ont donné leur accord pour accueillir dans leur pays deux anciens prisonniers libyens qui viennent d’être libérés de la fameuse prison de Guantanamo.

L’information a été annoncée ce lundi, par le Département américain de la Défense qui, dans un communiqué, a affirmé que «le ministère de la Défense annonce aujourd’hui le transfert de Salem Abdu Salam Ghereby et Omar Khalif Mohammed Abu Baker Mahjour Umar du centre de détention de la baie de Guantanamo au gouvernement du Sénégal.»

Les Etats-Unis se disent «reconnaissants à l’égard du gouvernement du Sénégal pour son geste humanitaire et sa volonté de soutenir les efforts américains de fermer» la prison de Guantanamo, a ajouté le communiqué.

Salem Abdu Salam Ghereby et Omar Khalif Mohammed Abu Baker Mahjour avaient été arrêtés pour leurs supposés liens avec Al-Qaïda et un groupe libyen de combattants islamistes.

Pour l’ONG de défense des droits de l’Homme, Human Rights Watch (HRW), le «Sénégal a fait un geste humanitaire important en offrant à ces hommes une chance de recommencer une vie nouvelle». HRW a dénoncé par la même occasion, une violation du droit international en ce sens que Ghereby, 55 ans, et Umar, 44 ans, ont été incarcérés pendant près de 14 ans à Guantanamo, en l’absence d’inculpation et de jugement.

Ce transfert de détenus de Guantanamo vers un pays d’Afrique de l’Ouest est le deuxième du  genre après le transfert au Ghana, en janvier 2016, de deux prisonniers de nationalité yéménite.

Lors de sa campagne pour son premier mandat, le président Barack Obama avait promis la fermeture du centre de détention de Guantanamo, mais la prison attend toujours d’être fermée en raison de plusieurs obstacles dressés par le Congrès américain. Il y aurait encore au total 89 détenus encore retenus dans les cellules de Guantanamo, dont 35 ont déjà vu leur libération approuvée.

«Il reste moins d’un an au président Obama pour effacer la tâche que représente Guantanamo sur sa postérité en matière de droits humains», a rappelé une juriste de HRW, Laura Pitter.

Le Sénégal fait partie de la vingtaine de pays qui sont prêts à accueillir au total une centaine d’anciens détenus de Guantanamo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.