L’Arabie saoudite adopte le calendrier grégorien pour faire des économies

L’Arabie saoudite a adopté le calendrier grégorien en lieu et place du calendrier islamique lunaire que le pays a toujours utilisé depuis sa fondation en 1932.

L’annonce a été faite dimanche 2 octobre, sur le plateau de la chaîne de télévision locale «Al Arabiya», provoquant le mécontentement d’une partie de la population. Contre leur gré, les employés du secteur public seront appelés à travailler onze jours supplémentaires en quelque sorte impayés, puisque l’Etat ne prévoit pas d’augmentation de salaire. Le calendrier hégirien est divisé en 12 mois de 29 ou 30 jours et l’année lunaire compte onze jours de moins que l’année grégorienne.

Cette mesure s’inscrit dans le cadre d’une politique d’austérité que le gouvernement de Ryad s’est vu obligé de mettre en place pour pallier à la baisse des revenus pétroliers qui a lourdement affecté les recettes du pays. D’autres mesures ont été également prises dans ce contexte. Il s’agit notamment de l’annulation et la modification d’allocations versées aux fonctionnaires, ainsi que la réduction des salaires des membres du Conseil de la Choura et la révision à la hausse  du tarif des visas.

Il y a quelques mois, le vice-prince héritier du Royaume, Mohamed ben Salmane a présenté les grandes lignes d’un plan baptisé «Saudi Vision 2030» qui vise à diversifier l’économie du Royaume wahhabite. Ce plan prévoit notamment l’ouverture au capital de près de 5% du géant pétrolier Saudi Aramco en 2017 ou en 2018. Avec ces nouveaux fonds, l’Etat compte créer un Fonds souverain de 2000 milliards de dollars.

Les retombées négatives de l’adoption du calendrier grégorien ne se font pas faites attendre. La Bourse saoudienne a clos la séance de dimanche, à son plus bas niveau depuis mars 2011.

A propos de Riyad©2016 Agence Afrique

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.