L’ONU en colère contre le commandement de ses casques bleus au Soudan du Sud

Le Secrétaire Général de l’ONU, Ban Ki-Moon s’est dit choqué par les résultats de son enquête spéciale au Soudan du Sud, qui a mis en exergue l’inefficacité des Casques bleus face aux violences qui ont eu lieu à Juba en juillet dernier.

La Mission de l’ONU au Soudan du Sud (MINUSS) a failli à sa responsabilité de protéger les populations civiles, d’après le rapport de cette enquête, publié ce mardi 1er novembre.

Le document pointe du doigt l’engagement moins prononcé des Casques bleus lorsqu’il était question de défendre des civils.

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon, a fait part de son affliction, suite à ces révélations qui discréditent son organisation. Son porte-parole, Stephane Dujarric, a expliqué que cet échec serait amputé à l’absence de leadership, de préparation et d’intégration parmi les différentes composantes de la MINUSS.

Peu après la publication du rapport, le commandant de la MINUSS, le général kenyan Johnson Mogoa Kimani Ondieki, a été limogé, moins de 6 mois après sa nomination.

L’ONG Human Rights Watch a indiqué que si la force de l’ONU a totalement failli à sa mission, le Conseil de sécurité a aussi sa part de responsabilité. Elle a rappelé la nécessité d’imposer un embargo sur les armes et de décréter des sanctions contre ceux qui attaquent les civils.

Les combats meurtriers qui avaient opposé du 8 au 11 juillet les troupes du président Kiir à celles de l’ex-chef rebelle et alors vice-président du pays, Riek Machar, avaient fait au moins 73 morts. Deux soldats de la paix avaient été tués et plusieurs autres blessés. Nombreux cas de viols aussi bien de Sud-Soudanaises que des étrangères ont été enregistrés pour le seul mois de juillet, perpétrés par des hommes issus des troupes du président Salva Kiir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.