La Secrétaire générale de la Francophonie déplore le décret migratoire américain contre le Tchad

La Secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean, a regretté que le décret migratoire des Etats-Unis frappe le Tchad qui est pourtant un appui important dans la lutte contre le terrorisme au Sahel.

Dans un communiqué qui vient d‘être rendu public, elle a déclaré que «sanctionner ainsi le Tchad, c’est s’en prendre à un acteur majeur de la lutte contre le terrorisme. Il faut rappeler l’engagement déterminé et courageux du Tchad pour mettre un terme aux exactions menées par ces groupes criminels dans le Bassin du Lac Tchad, au Mali et plus largement dans le Sahel».

«La participation du Tchad aux Opérations de maintien de la paix de l’ONU est unanimement saluée», a poursuivi le numéro un de la Francophonie qui a invité à une entente rapide entre les deux pays pour lever, sans tarder, cette sanction.

Le Tchad, ainsi que la Corée du Nord et le Venezuela, ont été ajoutés, le 24 septembre dernier par Washington, à la liste des pays visés par le décret migratoire du président Donald Trump qui interdit, à leurs ressortissants, l’accès au territoire américain. Le Tchad est notamment accusé de manquements à la sécurité sur ses voyageurs et de manque de coopération.

Le G5 Sahel a exhorté également, la semaine passée, les Etats-Unis à retirer le Tchad de leur liste noire, compte tenu de l’implication du pays dans les efforts de pacification de la région.

Le président du G5, le chef d’Etat malien Ibrahim Boubacar Keita, craint que cette décision américaine n’affecte l’engagement du Tchad dans la lutte contre le terrorisme. Les responsables tchadiens avaient, eux, évoqué une décision américaine «incompréhensible» et «injuste», appelant Washington à revenir sur sa mesure.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.