Le chef terroriste Amadou Koufa dément l’annonce de son décès par les autorités françaises et maliennes

La télévision française France 24 a retransmis jeudi, une vidéo de 20 minutes, montrant le chef d’un groupe terroriste malien, Amadou Koufa en compagnie de deux personnes qui l’interrogent en arabe et en anglais, alors que les autorités françaises et maliennes avaient annoncé sa mort dans un bombardement de la force Barkhane fin novembre 2018.

Koufa est l’un des principaux chefs djihadistes maliens les plus recherchés au Sahel. Dans sa vidé, il «dément sa propre mort», confirmant ainsi les propos d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) qui, à l’époque, avait démenti les propos de la France et du Mali sur la neutralisation de ce prédicateur radical.

Pour rappel, en novembre passé, le Premier ministre malien, Soumeylou Boubeye Maïga, avait déclaré que le chef djihadiste, cible de l’opération lancée par les forces spéciales françaises, «est mort des suites de ses blessures dans la forêt de Wagadou où il avait été transporté par les siens», tout en précisant que «son corps n’est pas en notre possession».

Pour sa part, la ministre française des Armées, Florence Parly, avait salué «une action d’ampleur, complexe et audacieuse qui a permis de neutraliser un important détachement terroriste au sein duquel se trouvait probablement l’un des principaux adjoints de Iyad ag Ghali, Amadou Koufa, chef de la katiba Massina».

La réapparition du djihadiste intervient dans un contexte où l’armée française se félicite d’avoir neutralisé plus de six cents djihadistes au Sahel depuis 2015, dont un tiers en 2018.

«En quatre ans, en liaison avec les forces partenaires, nous avons mis hors de combat plus de six cents terroristes», a indiqué, le 20 février dernier, Florence Parly, lors d’une audition devant la commission de défense du Sénat. Selon la ministre, de « nombreux chefs terroristes » ont été neutralisés en 2018.

Le 22 février, après la mort, la veille, du numéro deux de la principale alliance djihadiste du Sahel liée à Al-Qaida, l’Algérien Djamel Okacha tué lors d’un nouveau raid de l’armée française, Parly s’était félicitée d’«un coup très dur pour les groupes terroristes agissant au Sahel», ajoutant que cette alliance «aura perdu trois de ses principaux chefs en l’espace d’une année».

Parly devrait peut-être, retirer Amadou Koufa, de la liste des chefs djihadistes neutralisés.

A propos de adam eugene

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.