La BCEAO projette une croissance économique de 6,8% dans l’UEMOA en 2019

La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a projeté mercredi à Dakar une croissance économique de 6,8% en 2019, après 6,6% en 2018 au sein de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA).

«La croissance de l’activité économique est demeurée robuste au quatrième trimestre 2018, en se situant à 6,8%, en glissement annuel, après 6,6% un trimestre précédent» a déclaré le Directeur de la conjoncture économique et des analyses monétaires de la BCEAO, Blohoue Toussaint Damoh, à l’issue de la réunion de son comité de politique monétaire (CPM).

La demande intérieure demeure le principal moteur de croissance dans l’UEMOA. Concernant les finances publiques, les membres du CPM ont relevé une atténuation du déficit budgétaire sur la base des engagements, dons compris, estimé en 2018 à 3,9% du produit intérieur brut (PIB) contre 4,3% en 2017.

Dans ces conditions, le CPM, a indiqué mercredi le gouverneur de la BCEAO, Tiémoko Meyliet Koné, a encouragé les Etats membres de l’UEMOA à «poursuivre les efforts dans la mise en œuvre des mesures visant le respect de la norme communautaire de 3%», à l’horizon 2019.

Sur le plan monétaire, le CPM a relevé une hausse de la masse monétaire de 12,4% en glissement annuel, soutenue par le net accroissement de 28,8% des actifs extérieurs nets ainsi que par la progression de 9,4% des créances intérieures.

Quant au marché monétaire, le taux d’intérêt moyen trimestriel s’est situé à 3,45% contre 2,50% au 3ème trimestre 2018. En 2017, ce taux se situait à 4,10%.

Les membres du comité de politique monétaire ont noté une légère hausse des prix en rythme annuel au quatrième trimestre 2018 avec un taux d’inflation qui se situe à 0,9% contre 0,4% au troisième trimestre 2018. Cette hausse est liée à celle des prix des secteurs du transport, du logement et de la communication.

Sur la base de toutes ces données, les membres du CPM ont décidé de maintenir inchangé les taux directeurs de la Banque. Ainsi, le taux d’intérêt minimum de soumission aux appels d’offres d’injection de liquidité est maintenu à 2,50% et le taux d’intérêt du guichet de prêt marginal à 4,50%. Quant au coefficient de réserves obligatoires applicable aux banques de l’UEMOA, il est demeuré fixé à 3,0%.

A propos de adam eugene

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.