La mort du cerveau présumé de l’attaque de Garissa confirmée par les Shebab

Les rebelles somaliens les Shebab ont confirmé ce samedi, la mort du cerveau présumé de l’attaque de l’université kényane de Garissa, le 2 avril 2015 au Kenya qui avait fait 148 morts, dont 142 étudiants.

«Nous nous consolons à l’idée que le combattant musulman, Sheikh Mohamed Mohamud Ali (Dulyadin), est mort en martyr, puisse Allah l’accueillir et l’envoyer au Paradis», affirment les Shebab dans leur communiqué, précisant que le chef islamiste a été abattu par «les croisés américains».

La mort de Mohamed Mohamud, un musulman Kenyan surnommé aussi «Kuno», avait été annoncée en premier, le 1er juin, par le ministre de la Sécurité de l’Etat somalien du Jubaland (sud-ouest), Abdirashid Janan.

Celui qui était considéré par les autorités kényanes comme l’organisateur du massacre de l’université de Garissa avait été tué, avec trois autres hauts commandants Shebab, «par des commandos somaliens et les forces spéciales du Jubaland» dans le sud-ouest de la Somalie, avait affirmé le ministre Janan.

Le combat contre le groupe islamiste somalien Les Shebab poursuit son cours. La secte qui s’en prend aux intérêts du gouvernement somalien et aux forces armées des pays voisins qui participent au sein de la Mission de l’Union africaine en Somalie (Amison) essuie  plusieurs représailles, sans pour autant s’affaiblir totalement.

Ce samedi, un tribunal somalien dans l’Etat du Puntland a condamné à mort 43 combattants Shebab arrêtés au début de cette année. «54 autres membres restent emprisonnés car ils sont jeunes», a indiqué le procureur du tribunal de la ville de Garowe, Abdullahi Hersi Elmi.

A propos de Mogadiscio © 2016 Agence Afrique

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.