Le Burundi dit respecter la volonté des chefs d’Etat de nommer Kagame comme président de l’EAC

Le Burundi a pris acte et s’est abstenu de s’opposer à la nomination du président rwandais, Paul Kagame à la présidence de la Communauté Est-africaine (EAC).

Le président rwandais a été désigné pour succéder à son homologue ougandais, Yoweri Kaguta Museveni, à l’issue du 20ème Sommet des chefs d’Etat de cette communauté, tenu le vendredi 1er février à Arusha en Tanzanie, une succession faite selon le principe de présidence tournante en vigueur à l’EAC.

«Le Burundi a pris acte de la nomination du président Kagame. Il n’y a pas eu d’objection», a annoncé à une radio locale, le Premier vice-président du Burundi, Gaston Sindimwo, qui a représenté le président Pierre Nkurunziza au Sommet d’Arusha.

Les chefs d’Etat « l’ont voulu ainsi. Nous ne pouvions pas dire non », a-t-il poursuivi, estimant que l’attitude réservée par son pays à la nomination de Kagamé était inattendue pour l’organisation sous-régionale.

En effet, Kagame est devenu le nouveau « chairman » de l’EAC, alors que le climat est tendu entre le Rwanda et le Burundi. Le président burundais Pierre Nkurunziza accuse le Rwanda de compromettre la sécurité de son pays avec des groupes armés formés sur son territoire.

Kigali, qui était contre le troisième mandat de Kurunziza, soutient également que le Burundi abrite des mouvements rebelles qui agissent contre le Rwanda.

Bujumbura réclame depuis deux mois, un sommet qui sera exclusivement dédié aux tensions entre le Burundi et le Rwanda. Pour certains observateurs, la probabilité de la tenue d’un tel sommet s’amoindrie avec la nomination de Kagame à la tête de l’EAC, dans la mesure où Kigali s’oppose à son organisation.

Certaines voix au sein de la communauté militent tout de même pour la résolution du conflit entre les deux pays voisins, pour préserver l’harmonie au sein de l’organisation.

Pour rappel, Kagame quittera la présidence de l’Union africaine (UA) à l’occasion du 32ème sommet de l’organisation. Il poursuivra, cependant, ses réformes dans le cadre de l’UA.

L’EAC est composé du Burundi, du Kenya, de l’Ouganda, du Rwanda, du Soudan du Sud et de la Tanzanie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.