la BAD débourse 275 milliards de FCFA pour des projets d’aménagement Côte d’Ivoire

La Banque africaine de développement (BAD) et le gouvernement ivoirien ont signé un accord portant sur le financement de cinq projets, à hauteur de 275 milliards de francs CFA (419 millions d’euros).

Lesdits projets concernent  l’amélioration des Transports urbains, les infrastructures routières, l’électricité en milieu rural, l’agriculture et l’intégration sous-régionale.

«Les projets vont au-delà du pôle économique d’Abidjan, pour contribuer au désenclavement des zones frontalières», a salué Marie-Laure Akin-Olugbade, directrice générale de la BAD pour l’Afrique de l’Ouest.

Pour Robert Eguida Kossi, responsable du programme pour la Côte d’Ivoire, «avec l’approbation de ces opérations, les engagements de la Banque dans le pays ont été multipliés par trois entre 2015 et 2019, passant ainsi de 358 milliards de francs CFA à environ 1.100 milliards de FCFA».

Dans le détail, 216,12 milliards de F CFA viendront appuyer la deuxième phase du projet du transport urbain à Abidjan et 8,8 milliards de F CFA seront alloués au projet de désenclavement routier des zones frontalières proches du Ghana, à l’Est du pays.

Le projet d’amélioration de l’accès à l’électricité en milieu rural, qui se concentre spécifiquement sur les districts des Savanes, Woroba et Zanzan, bénéficiera d’une enveloppe de 27,75 milliards de F CFA et la somme de 4 milliards F CFA servira à cofinancer le projet d’appui à la gouvernance de la filière cacao.

Enfin, le cinquième accord signé est un protocole de rétrocession de don de 8,45 milliards de francs CFA, mobilisé par la BAD dans le cadre de la facilité d’investissement pour l’Afrique octroyée par la Commission européenne.

Il allège la contrepartie de la Côte d’Ivoire dans le financement du projet routier sur le corridor régional reliant Bamako-Zantiébougou au Mali, à Boundiali-San Pedro en Côte d’Ivoire.

«Ces financements contribueront indéniablement à la mise en œuvre du Plan national de développement 2016-2020, et auront des impacts probants sur le quotidien des populations», a commenté Adama Koné, ministre ivoirien de l’Économie et des Finances.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.