L’Union européenne prête à taxer 12 milliards de produits américains

Pour réagir contre les subventions de Washington à Boeing, la Commission européenne a publié hier mercredi une liste de produits américains représentant plusieurs milliards d’euros d’importations susceptibles d’être soumis à des droits de douane.

Cette liste comporte des avions, des tracteurs, des jeux vidéo, mais surtout des produits de l’agroalimentaire comme le ketchup, les fromages, les différents fruits et leurs dérivés, les vins, le chocolat, etc, ce qui fait de l’agroalimentaire le cœur de cible des contre-mesures européennes.

Cette liste provisoire est spécialement longue pour permettre un ajustement postérieur. La décision finale de l’organe d’arbitrage de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce), attendue pour 2020 permettra alors d’établir la liste finale. Selon des estimations datant de 2012, ces taxes douanières pourraient atteindre les 12 milliards d’euros. La consultation des acteurs potentiellement affectés par ces contre-mesures, lancées hier mercredi jusqu’au 31 mai prochain, influencera le choix des produits.

La Commission européenne a expliqué dans un communiqué vouloir imposer des taxes douanières « équivalant aux dommages estimés causés à Airbus par l’aide américaine à Boeing ». Cela fait 14 ans que la guerre commerciale entre Boeing et Airbus dure, l’Union européenne et les Etats-Unis s’accusant mutuellement à l’OMC de distribuer des aides d’Etat illégales à leurs champions aéronautiques respectifs depuis les années 1990.

Ces griefs ont pris une ampleur inédite avec l’offensive protectionniste lancée par le président américain Donald Trump contre l’Europe, notamment avec la menace de Washington d’imposer des taxes sur les importations de voitures et les taxes imposées par les Etats-Unis sur les importations d’acier et d’aluminium, qui sont toujours applicables.

Malgré sa disposition à riposter, l’Union européenne est disposée à éviter un conflit commercial. Elle avait accepté lundi de lancer des négociations formelles sur un accord limité avec les Etats-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.