Le président ivoirien Ouattara accorde la grâce présidentielle à 3000 détenus de droit commun

Le Porte-parole du gouvernement ivoirien, Sidi Touré, a indiqué, à l’issue d’un conseil des ministres tenu mercredi 24 juillet, que le président Alassane Ouattara, accordera la grâce présidentielle à 3000 détenus de droit commun.

« Approximativement 3.000 personnes seront concernées par cette relaxation », a-t-il précisé à la presse. Selon ses propos, un décret accordant cette grâce présidentielle a été adopté lors du conseil. Il reviendrait au Garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Droits, de livrer les détails y relatifs dans les prochains jours.

La grâce présidentielle intervient à quelques jours du 59eme anniversaire de de l’indépendance du pays qui devrait être célébrée le 7 août prochain à Treichville, dans le Sud d’Abidjan la capitale.

En effet, chaque année, à l’occasion de la fête de l’indépendance, le gouvernement adopte un décret permettant à un certain nombre de détenus de recouvrer la liberté. L’année passée, le chef de l’Etat avait amnistié 800 prisonniers issus de la crise post-électorale, en vue de la réconciliation nationale. Il s’agissait d’un « acte de clémence et de pardon du chef de l’Etat », avait souligné le porte-parole du gouvernement.

Parmi ces prisonniers, figuraient Simone Gbagbo, l’épouse de l’ancien président Laurent Gbagbo qui, à cette époque, était encore détenu à la CPI qui l’accusait de crimes contre l’humanité liés à la violence qui avait suivi l’élection présidentielle de novembre 2010. La libération de l’ex-première dame était dénoncée par des ONG de défense des droits de l’homme.

Le 26 septembre 2018, le président avait accordé la grâce présidentielle à 4200 prisonniers, en détention pour des délits mineurs. A l’occasion de son discours de fin d’année 2018, il avait évoqué, dans son discours, la relaxation de 2532 détenus de droit commun condamnés pour des infractions mineures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.