Cameroun : la compagnie ferroviaire Camrail déclarée coupable dans l’accident d’Eseka

Au Cameroun, la compagnie de chemins de fer Camrail et dix de ses employés ont été déclarés coupables d’«homicide involontaire, de blessures simples et d’activités dangereuses» dans l’accident d’Eseka, selon le verdict prononcé ce mercredi, par le tribunal d’Eseka, dans le procès judiciaire qui oppose la filiale du groupe français Bolloré et les familles des victimes.

 

Le déraillement le 21 octobre 2016, près de la gare de la commune d’Eseka, du train de Camrail qui reliait Douala à Yaoundé, avait coûté la vie à 79 personnes et fait près de 600 blessés, d’après un bilan officiel. Le procès contre la société de chemins de fer a commencé en novembre 2017 et a été reporté à plusieurs reprises.

 

Maintenant que la culpabilité est reconnue, reste au tribunal de déterminer la peine à infliger aux dix coupables, ainsi que les dommages et intérêts au profit des victimes.

 

Camrail a dénoncé cette décision de justice prise en l’absence de « toute expertise qualifiée et compétente qui devait permettre d’établir de manière objective les véritables causes de ce tragique accident et de les circonscrire définitivement afin de sécuriser davantage le chemin de fer camerounais».

La société estime que ce jugement «n’apporte pas d’explication claire aux causes réelles du déraillement du train 152 qui avait subi toutes les procédures de contrôle et de sécurité prévus par la règlementation, comme cela a été démontré lors des audiences».

 

Par ailleurs, Camrail qui prévoit ainsi de faire appel, a réitéré son engagement de poursuivre jusqu’au bout le processus d’indemnisation des victimes.

Pour rappel, une enquête administrative officielle commandée par le président Paul Biya avait déjà conclu à la responsabilité de la filiale de Bolloré. Les investigations avaient pointé du doigt une « vitesse excessive » comme une des causes de l’accident.

A propos de adam eugene

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.