Ban Ki-Moon inquiet du risque de la famine en Somalie

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon a appelé mercredi à Mogadiscio, les donateurs internationaux à davantage de soutien à la Somalie, pour lui éviter une nouvelle famine après avoir été dévastée par deux décennies de guerre civile et des années de sécheresse.

Lors d’une visite éclair à Mogadiscio, Ban a expressément demandé aux donateurs internationaux d’augmenter leurs contributions respectives pour soutenir ce pays de la corne d’Afrique. Selon lui, l’ONU ne peut répondre à elle seule, aux besoins des populations en Somalie.

L’Organisation des Nations Unies manque de moyens pour affronter ce genre de catastrophes si elles venaient à se reproduire, a-t-il dit, précisant que son organisation n’a reçu qu’un tiers des 933 millions de dollars de donations réclamées.

Début septembre, l’ONU a de nouveau alerté la communauté internationale contre le risque de famine en Somalie qui traverse une situation humanitaire dramatique depuis plusieurs mois.

Selon les chiffres officiels du Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires de l’ONU (OCHA), quelque 218.000 enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition en Somalie, et plus d’un million de personnes survivent dans des conditions proches de la famine.

Cette visite s’inscrit dans la tournée régionale qu’effectue Ban en corne d’Afrique, en compagnie de plusieurs bailleurs de fonds, dont le président de la Banque Mondiale, Jim Yong Kim.

Au terme de cette tournée qui a débuté lundi, une aide financière de quelque 8 milliards de dollars sera débloquée afin de soutenir le développement économique et lutter contre la pauvreté dans les pays de la sous-région.

En 2011, suite à la dernière famine ayant fait 250.000 morts, Ban avait entrepris une précédente tournée en Somalie, la première du genre d’un secrétaire général de l’ONU depuis plus de 20 ans. L’objet de la visite était de s’enquérir de la situation humanitaire catastrophique qui prévalait dans ce pays et d’évaluer l’aide humanitaire dont il avait besoin.

A propos de Mogadiscio © 2014 Agence Afrique