Gabon : Ali Bongo lègue sa part d’héritage à la jeunesse

Le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, a annoncé ce lundi 17 août,, dans un discours adressé à la Nation, à l’occasion de la célébration du 55ème anniversaire de l’Indépendance du Gabon, qu’il cédait sa part d’héritage de son père, Omar Bongo Ondimba, à la jeunesse de son pays.

Confrontée «aux nombreuses difficultés, accentuées par une conjoncture économique difficile» que traverse le pays à la suite de la chute des prix du pétrole, le président gabonais a précisé avoir «décidé avec le plein accord de mon épouse Sylvia Bongo Ondimba et de mes enfants que ma part d’héritage sera partagée avec toute la jeunesse gabonaise, car à mes yeux nous sommes tous les héritiers d’Omar Bongo Odimba ».

Sa part d’héritage serait donc «versée à une fondation pour la jeunesse et l’éducation».

Pour Ali Bongo, prenant tout le monde à témoin, la jeunesse gabonaise était sacrée aux yeux de son père, Omar Bongo, décédé en 2009.

Plus que cela, les enfants d’Omar Bongo auraient aussi convenu de faire des dons à l’Etat gabonais.

Le président Ali Bongo a également annoncé qu’au nom des enfants du défunt président Omar Bongo Odimba, «nous avons décidé de céder à l’Etat, à titre gracieux, la propriété située près du camp de Gaulle, sur la voie express, dans le Ier arrondissement de Libreville».

«De même, nous avons décidé de céder à l’Etat pour un franc symbolique, deux propriétés en France ayant appartenu à Omar Bongo Odimba», qui sont deux hôtels particuliers, a poursuivi Ali Bongo.

D’après les précisions du chef de l’Etat, la propriété de Libreville sera «destinée à abriter une université au profit de la jeunesse gabonaise», et les biens immobiliers en France feront «désormais partie du patrimoine de l’Etat gabonais» et «seront affectés à un usage diplomatique et culturel».

Si le discours du président a séduit certains de ses compatriotes, d’autres sont restés par contre indifférents. Le cas du président du parti d’opposition « Union Nationale », Zachary Myboto, qui a déclaré à des médias de la presse locale, que «ces déclarations sont des annonces déjà entendues» et qu’il faille maintenant les concrétiser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.