Tchad : Près de 70 étudiants écopent d’un mois de prison ferme

Un effectif de 69 étudiants tchadiens ont été condamnés, mardi 28 février, à un mois de prison ferme et à 50.000 FCFA d’amende (environ 105 dollars) par personne, pour «outrage à l’autorité de l’Etat.»

Ils étaient au total 72 étudiants à être jugés mardi au Tribunal de grande instance de N’Djamena, poursuivis pour destruction de biens, outrage à autorité et violence par voies de fait. Parmi les condamnés figure le président de l’Union nationale des étudiants tchadiens (UNET), Richard Guelem.

Trois étudiantes ont été libérées au bénéfice du doute, tandis que les autres ont été transférés à la maison d’arrêt de Ndjamena. Le procès s’est déroulé sous très haute surveillance et les proches des étudiants n’étaient pas admis dans la salle d’audience.

L’affaire remonte à samedi 26 février dernier, lorsque le ministre de l’Enseignement supérieur, Mackay Hassan Taisso, accompagné de son homologue sénégalais, Mary Teuw Niane, avait été hué par les étudiants, lors d’une visite sur le campus de Toukra, à une vingtaine de kilomètres au sud de la capitale. Les étudiants ont lancé des pierres sur les voitures officielles.

Les étudiants sont montés au créneau depuis que le gouvernement a engagé des mesures d’austérité pour faire face à la sévère crise économique et sociale que traverse le pays, suite à la chute des cours du pétrole. Ces mesures se sont traduites, entre autres, par la suppression des bourses d’études. Les étudiants protestent aussi contre le manque des infrastructures de base.

Un des leaders de la section de Ndjamena de l’UNET a prévenu que les cours à l’université ne reprendront pas tant que leurs camarades ne sont pas libérés.

A propos de N'Djaména© 2016 Agence Afrique

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.