Un camp militaire au centre du Mali attaqué par un groupe armé

Un groupe armé non encore identifié a perpétrée ce dimanche, une attaque contre un camp de l’armée malienne situé à Dioura, dans la région de Mopti, centre du pays, faisant une vingtaine de morts parmi les militaires, et de nombreux blessés, selon une source militaire malienne et un élu local.

Un communiqué des Forces armées maliennes (FAM) qui indexe des «terroristes», indique que les combats ont occasionné des pertes dans les deux camps, sans donner un quelconque bilan.

L’armée qui a repris le contrôle du camp après plusieurs heures d’affrontements armés, précisant que l’attaque a été commise par «des groupes terroristes sous le commandement d’un colonel déserteur de l’armée» malienne proche du chef djihadiste touareg Iyad Ag Ghaly.

Il s’agirait de l’ex-colonel Ba Ag Moussa, alias Bamoussa Diarra, qui a rejoint en 2012 la coalition des groupes armés qui combattent les troupes régulières maliennes. Il a déjà conduit plusieurs autres attaques dans le nord du pays.

Il s’agit de la plus importante attaque que subit l’armée malienne dans cette région malgré la présence, de la mission des Nations unies au Mali (MINUSMA) et de la force française Barkhane qui a d’ailleurs multiplié, ces derniers mois, ses raids aériens dans la région.

La MINUSMA a condamné l’attaque avec force. «Je condamne dans les termes les plus forts cette attaque contre les FAM qui, sans nul doute, renforcera leur détermination dans l’accomplissement de leur mission», a déclaré le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU au Mali, Mahammad Saleh Annadif, dans un communiqué.

Pour sa part, le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a écrit sur twitter : «Toutes nos pensées pour les fiers soldats de l’Armée malienne tombés ce jour à Dioura dans l’accomplissement de leur mission de sécurisation des biens et des personnes face à un ennemi lâche. Le Mali et son Peuple sont unis et déterminés contre ces actes ignominieux ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.