Afrique : Les marchés de capitaux veulent miser sur le capital humain

« Le capital humain, un pilier de la compétitivité des marchés de capitaux », c’est autour de ce thème que Abidjan accueille les 25 et 26 avril, la huitième édition du séminaire dénommé « Bâtir les marchés financiers africains» ou Building african financial markets séminar (BAFM).
Dans l’environnement des marchés sujets à des mutations permanentes, à des fluctuations et à une volatilité très forte, le rôle du capital humain est encore plus crucial, a laissé entendre le Directeur général de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM), Dr Kossi Edoh Amenounvé. « Les professionnels des marchés sont des gestionnaires, des courtiers, des conseillers dont les actes quotidiens peuvent avoir un impact sur la vie des entreprises », a-t-il ajouté.
Cette rencontre annuelle, organisée par l’Association des bourses de valeurs africaines (ASEA), permet aux différents acteurs des marchés de capitaux africains d’échanger sur des thèmes d’actualité et de rechercher des solutions concrètes pour le développement des marchés africains à l’égard desquels les attentes sont très importantes pour le financement et la soutenabilité de la croissance du continent.
Le président de l’ASEA, Karim HAJJI, a invité les bourses africaines à jouer leur rôle conformément aux normes internationales et à contribuer à la stimulation de marchés réglementés et transparents afin de se positionner en tant que source de financement viable du continent et destination privilégiée pour les investissements.
Les participants échangent donc autour de huit sessions thématiques notamment « Elever les marchés africains : Stratégies et priorités pour le renforcement des capacités pour le développement des marchés », « amélioration de la formation des investisseurs sur les marchés des capitaux africains », « financement de la dette des PME », « aperçu des bourses de matières premières africaines », « renforcer la création de liquidité sur les marchés des capitaux africains », « leçons et enseignements pour un marché des produits dérivés dynamique », « la Blockchain ou chaîne de blocs : Stratégies et applications dans un contexte de post-négociation » et « l’avenir des marchés de capitaux africains ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.