Maroc : La libéralisation du Dirham se poursuit

La deuxième phase de la réforme du régime de change au Maroc démarre ce lundi 9 mars 2020, a annoncé le ministère marocain de l’économie, des finances et de la réforme de l’administration, précisant qu’après avis de la banque centrale, Bank Al-Maghrib (BAM), il a décidé d’un nouvel élargissement de la bande de fluctuation du dirham, qui passe de 2,5% à 5% à la hausse comme à la baisse.

La BAM continuera de fixer le cours du dirham sur la base d’un panier représentatif de l’euro et du dollar, à raison respectivement de 60% et 40%, mais avec une bande de fluctuation plus importante, précise le département des finances.

«Cet élargissement s’inscrit dans le cadre de la poursuite du processus de réforme du régime de change, qui a été initié en janvier 2018, et intervient après l’atteinte des objectifs assignés à la première phase», ajoute le ministère dans un communiqué.

Il explique que deuxième phase est entamée dans «un contexte macro-économique et financier interne favorable, marqué notamment par un niveau approprié des réserves de change, une inflation maîtrisée, une dette publique soutenable et un secteur financier solide ».

Bank Al-Maghrib continue, conformément à son statut, de veiller au bon fonctionnement du marché des changes et interviendra, si nécessaire, sur ce marché pour assurer sa liquidité, rassure-t-on.

A rappeler que la réforme du régime de change est un processus volontaire, progressif et ordonné s’étalant sur plusieurs étapes. Et c’était en 2018 que le Royaume a décidé de libéraliser progressivement sa monnaie.

A l’époque, la bande de fluctuation était passée de 0,3% à 5% (2,5% dans chaque sens), dans la première étape du processus de libéralisation du dirham.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.