Le Mali cible 4 secteurs pour réduire la dépendance de son économie du secteur minier

L’agrobusiness, l’énergie, les télécoms et le bâtiment sont des secteurs prioritaires ciblés par le Mali, afin d’implémenter sa stratégie de diversification d’une économie encore dépendante du secteur minier et sévèrement impactée par la crise sahélienne.

La stratégie portée par l’Agence pour la promotion des investissements au Mali (API-Mali) ambitionne de se démarquer nettement du secteur minier. Le Mali entend diversifier son économie en s’appuyant sur la technologie, l’agrobusiness, le bâtiment, mais aussi sur l’énergie, a fait savoir le Directeur général de l’API-Mali, Moussa Touré.

Concernant le secteur énergétique, il a cité de grands projets tels que la centrale électrique Akuo Kita Solar, d’une capacité de 50 MW pour un coût de 85 millions d’euros, et la centrale solaire de Ségou de 33MW, portée par les Norvégiens de Scatec Solar, le fonds IFC Infra Ventures et la société Africa Power, pour un coût de 48,4 millions d’euros.

Le Mali qui importe encore près de 71 % de son ciment, essentiellement du Sénégal, cherche désormais à réduire cette dépendance. « D’ici avril, nous inaugurerons la 3ème cimenterie en 5 ans, financée à hauteur de 20 milliards de Fcfa », a annoncé Touré.

Le projet n’a pas encore démarré que le groupe a déjà décidé de doubler ses capacités de production, passant de 500.000 à 1 million de tonnes par an, en investissant 20 milliards de Fcfa supplémentaires, précise le DG de l’API-Mali.

Les projets urbains dont l’aménagement des rives du fleuve Niger à Bamako, alimentent l’optimisme malien, car « quand le bâtiment va, tout va! », a assuré Moussa Touré.

Selon les statistiques de l’API-Mali, dans ce pays d’Afrique de l’ouest, la croissance est encore largement tirée par les mines. La production d’or a enregistré une hausse de 20 % en 2018 pour atteindre 60,8 tonnes.

Porté par des groupes internationaux comme Randgold (Afrique du Sud), Resolute Mining (Australie) ou encore les Canadiens de Iam Gold et B2 Gold, le secteur représente 8% du PIB, 75%des recettes d’exportations et 25% des recettes budgétaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.