La bourse de Casablanca lance une initiative pour faciliter les investissements en Afrique

La place boursière marocaine, Casablanca Finance City (CFC) a lancé ce jeudi, sa nouvelle initiative dénommée «CFC Business club» qui a pour objectif de doper le business et les investissements en Afrique.
Selon la place casablancaise, cette initiative s’inscrit dans le prolongement des actions de l’animation de la communauté CFC au service de la promotion économique et financière du potentiel africain.
CFC, qui se veut un hub économique et financier, offre une plaque tournante aux entreprises locales et étrangères désireuses de s’implanter en Afrique.
A sa création en 2010, cette place boursière s’est assignée comme mission de servir en tant que hub pour les compagnies qui optent pour le Maroc, un pays connu dans sa région par « sa stabilité politique » et « sa position géostratégique favorable entre l’Europe et l’Afrique » en tant que « base » pour l’expansion de leurs opérations en Afrique de l’ouest.
CFC qui confirme ainsi son rôle de catalyseur du business en Afrique compte aujourd’hui, 170 membres couvrant 46 pays africains.
Les entreprises CFC ont dirigé près de 90 % des IDE (nouveaux projets ou en cours de réalisation) vers l’Afrique subsaharienne entre 2010 et 2018, d’après les chiffres du « fDi inteligence ». L’Ethiopie, la Côte d’Ivoire et le Cameroun occupent les premières places des destinations de es IDE, souligne-t-on.
Casablanca est devenue ainsi une plaque tournante pour les investisseurs désireux de s’implanter en Afrique. Ainsi, les investissements en dehors du Royaue ont augmenté rapidement passant de 61 millions de dollars en 2010 à 5 milliards de dollars en 2015.
La CFC développe et partage régulièrement, avec sa communauté, une expertise à différents niveaux notamment métier (finance verte, finance participative, fintech, …), thématique (intégration africaine, cartographie des risques par pays, …) et géographique (opportunités d’investissement en Afrique, etc.)
Ces expertises, précise-t-on, sont associées à des plate-formes de networking, qui se traduisent par l’organisation de rencontres régulières autour de sujets d’actualité, à même de créer des opportunités d’affaires pour chaque membre CFC sur le continent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.