Nigeria : Grève illimitée dans le secteur pétrolier

Une grève illimitée annoncée deux principaux syndicats nigérians pour ce lundi, pourrait paralyser tout le secteur au Nigeria, premier producteur africain de l’or noir.

Dans une déclaration commune, les deux centrales «Petroleum and Natural Gas Senior Staff Association » (PENGASSAN) et « National Union of Petroleum and Natural Gas Workers » (NUPENG) ont annoncé dimanche, que la grève couvrira tous les secteurs de l’industrie du pétrole et du gaz. Si l’appel à l’arrêt du travail est suivi, il risque de paralyser toute la chaîne allant de la production à la distribution.

Les travailleurs du secteur protestent sur l’incapacité du gouvernement à assurer un entretien adéquat des raffineries du pays et à réduire les prix du carburant à la pompe alors suite à l’effondrement des cours mondiaux du brut, précisent les syndicats. Bien qu’il soit le premier producteur de pétrole en Afrique, le Nigeria continue à importer l’essentiel de son carburant en raison d’une faible capacité de raffinage et la majorité de sa population vit avec moins d’un dollar par jour.

Les syndicalistes veulent également faire pression sur le gouvernement d’Abuja pour trouver de nouveaux moyens de lutte contre le vandalisme ciblant les oléoducs et le pillage de l’or noir.
Les syndicats accusent aussi le gouvernement de retarder l’adoption d’une nouvelle législation dans l’industrie pétrolière afin de lutter contre les pratiques de corruption et le mauvais management dans le secteur.

Les syndicats exigent notamment de l’adoption de l’industrie pétrolière Bill tant attendue visant à restructurer le secteur inefficace et corrompu et lutter contre les pratiques déloyales de travail suivies par les deux compagnies pétrolières et les organismes gouvernementaux.

Les deux syndicats préviennent que la grève ne prendra fin que si le gouvernement et les opérateurs montrent un engagement fort pour résoudre les problèmes auxquels ils sont confrontés et donnent une réponse favorable à leurs revendications sociales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.