Tunisie : Vers une loi contre le racisme

Le Premier ministre tunisien, Youssef Chahed, serait en faveur de la mise en place d’une loi qui pénaliserait le racisme dans le pays.

Au lendemain d’une manifestation d’étudiants africains dénonçant les multiples cas d’agressions dont les étrangers sont victimes, Youssef Chahed a appelé lundi à l’examen «en urgence» par le Parlement d’un projet de loi pour punir le racisme.

«Il est de notre devoir d’entamer la discussion (…) sur ces sujets tabous», car «la discrimination raciale constitue une atteinte aux droits de l’Homme», a-t-il fait part, plaidant également pour «une stratégie nationale afin de changer les mentalités.»

L’Association des étudiants et stagiaires africains en Tunisie (Aesat), à l’origine de l’appel à manifester, est montée au créneau suite à l’agression subie samedi 24 décembre à Tunis par trois Congolais.

« Deux ont eu la gorge tranchée et le troisième a été poignardé. (…) Nous réclamons justice», a déclaré le président de l’Aesat, Rachid Ahmad Souleimane, au micro de  l’AFP. «On a longtemps porté plainte dans les postes de police contre des cas récurrents de discrimination et de violence subies sans jamais avoir de réponse», s’est indigné, pour sa part, un membre de l’association, précisant que leur rassemblement est pour inviter le gouvernement à assurer leur protection et garantir leurs droits.

Les victimes de l’agression du samedi, hospitalisées, ont reçu la visite des ministres de la Santé et des Droits de l’Homme. Tandis que l’agresseur a été interpellé et confié à la justice.

Les ONG et la société civile ont également dénoncé lundi «une agression raciste sauvage». Pour rappel, en juin dernier, ces organisations avaient présenté une proposition de loi criminalisant toute forme de discrimination. Cette nouvelle agression leur donne l’occasion  de plaider à nouveau pour un projet de loi contre le racisme, et ce dans les plus brefs délais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.